Archives mensuelles - juillet 2018

Studio Fleur de Peau: Denis Lizotte

Ne vous y méprenez pas. Il s’exerce pour la détente de son déclencheur photographique. La rapidité peut capter des images fantastiques et des moments mémorables. STUDIO FLEUR DE PEAU. Denis Lyzotte Photographe (418) 262-3800 Visitez son site web www.studiofleurdepeau.com

Studio Fleur De Peau www.studiofleurdepeau.com Je me présente , Je suis photographe , je suis passionné de la photo depuis une trentaine d’années. J’ai découvert ce plaisir dans mes voyages et depuis mon intérêt n’a cessé de grandir.

Lire la suite...

Pourquoi couper un oignon fait-il pleurer ?

Passage obligé pour tout cuisinier professionnel ou amateur qui se respecte, l’épluchage des oignons est une corvée dont on se passerait bien. Alors, pour quelle raison couper un oignon fait-il pleurer ?

Le sulfate d’allyle, responsable de l’irritation due à l’oignon

Les coupables sont des composés chimiques contenus dans le bulbe, et qui réagissent l’un avec l’autre lorsque l’oignon est coupé. L’oignon est en effet constitué de cellules parfaitement ordonnancées qui renferment des composés soufrés et une enzyme : l’allinase. Dès que la lame du couteau entame le bulbe, ces substances sont libérées et entraînent la formation d’un gazparticulièrement irritant et urticant pour les yeux : le sulfate d’allyle.

Les larmes, mécanisme de défense

Tel un mécanisme de défense, les glandes lacrymales sont activées. Les larmes qui se forment alors ont pour but de repousser cette agression extérieure. La nature est bien faite, n’est-ce pas ?

Et comme l’Homme en est un observateur attentif, il n’est pas surprenant que la composition des gaz lacrymogènes soit apparentée à celle du sulfate d’allyle…

Source: FUTURA

Lire la suite...

Les vertus du chocolat

Découvrez quelques-unes des vertus attribuées au chocolat. Un peu antidépresseur, un peu stimulant, cet aliment est une source de plaisir, à condition de le consommer avec modération…

Aliment un peu magique, ramené de l’actuel Mexique par Hernán Cortés en 1528, le chocolat était apprécié des Mayas, sous le nom de xocoatl, et des Aztèques. Cette boisson, consommée pimentée, combattait la fatigue. En Europe, le breuvage connut un succès grandissant au cours des siècles suivants, d’abord chez les gens suffisamment fortunés. Les confiseurs découvrirent d’autres manières de préparer la fève de cacao et, après la boisson, le chocolat devint une gourmandise aux multiples facettes.

Plusieurs effets ont été notés sur la santé, plus ou moins nets, dont quelques-uns sont rappelés ici. Les flavonoïdes, dont il est riche, ont des propriétés antioxydantes et expliquent certains d’entre eux.

100 g de chocolat noir à 70 % apportent 206 mg de magnésium, ce qui fait du chocolat un allié contre le stress et l’anxiété.

  • En consommer au moins une fois par semaine améliore les performances cognitives.
  • Le chocolat fait baisser la pression artérielle, protège des risques d’infarctus du myocarde et des AVC.
  • Parce qu’il contient de la théobromine, le chocolat a des propriétés euphorisantes et stimulantes. C’est la raison pour laquelle les Mayas avaient repéré le cacaoyer et ses cabosses. C’est aussi à cause de cette molécule que le chocolat est dangereux, et même mortel, pour les chiens et les chats, mais aussi les perroquets et même les chevaux.

Le chocolat, un moment de plaisir

Aliment très riche en calories (il contient des glucides et des lipides), le chocolat est aussi un facteur de prise de poids. Son effet bénéfique sur la tension artérielle, par exemple, est faible et serait plus qu’annulé par une consommation excessive.
S’il reste l’occasion d’un plaisir précieux, apprécié dans sa dégustation, le chocolat, solide ou liquide, devient, comme chez les Mayas, une substance bonne pour le corps et l’esprit. Nous avons donc tout à gagner à en manger peu, moins peut-être mais du meilleur…

Source: FUTURA

Lire la suite...

Les chiffres arabes ne sont pas arabes !

Les dix chiffres 0, 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9 sont appelés chiffres arabes. Or, ils ont été inventés en Inde au 3e siècle av. J.-C, puis empruntés par la civilisation arabo-musulmane à partir du IXe siècle et décrits dans un ouvrage d’Al-Khawarizmi, puis introduits en Europe par les Arabes au 10e siècle. Ces chiffres ont progressivement remplacé les chiffres romains et se sont graduellement imposés dans le monde entier parce qu’ils permettent une notation très aisée dans le système décimal utilisé en Occident et facilitent les opérations simples sur les grands nombres et les opérations complexes.

Lire la suite...

Sans notre salive nous ne pourrions pas goûter les aliments !

Pour pouvoir goûter un aliment, il faut que ce dernier soit mélangé avec notre salive. En effet, grâce à la salive, les aliments libèrent des molécules sapides qui se fixent sur les chimiorécepteurs situés dans les papilles de notre langue. Chacun de ces récepteurs capte des dizaines de molécules sapides pour enfin percevoir la saveur de l’aliment. Les goûts sucrés et amers, peuvent être perçus par les mêmes récepteurs et procurent pourtant une sensation bien différente.

Lire la suite...

Les lapins n’aiment pas les carottes !

Tout le monde pense que les lapins adorent les carottes, cela est peut-être dû à l’image du célèbre personnage de dessin animé Bugs Bunny qui passe son temps à grignoter des carottes. Mais c’est totalement faux !

Dans la nature, ces animaux ne mangent presque jamais de légumes racines tels que les navets, les radis et les carottes. De plus les carottes sont trop sucrées et abîment rapidement les dents des lapins. Ces derniers préfèrent les légumes verts ou du foin frais.

Lire la suite...

Les bienfaits des fruits secs

Il existe une grande quantité de fruits secs. Presque autant que de fruits frais, voire davantage. Découvrez tous leurs bienfaits.

Certains fruits sont secs naturellement, comme les noix (notamment les noix à cerneaux) et les noisettes, tandis que d’autres doivent être déshydratés : abricots, fraises, raisins ou encore bananes. Chacun conserve le goût de son fruit d’origine… en plus concentré.
Ils sont bons pour la santé et délicieux en plus ! Toutefois, ils sont très riches en glucides. Évitez donc de les consommer en trop grande quantité. Par ailleurs, leur consommation ne remplace pas celle des pommes et autres oranges gorgées d’eau.

Des fruits secs avant le sport

Les oléagineux, à forte teneur en lipides, sont les plus énergétiques des fruits secs. Ils contiennent également une forte concentration en fibres et en acides gras. Choisissez-les nature afin de limiter les excès de sel.

Comme ils sont très riches en glucides, les fruits secs peuvent être pris avant le sport, ce qui est très efficace pendant l’effort, qu’il s’agisse de VTT, de marche, de randonnée ou même d’un marathon. Les fruits secs les plus caloriques sont les raisins secs et les dattes.

Associez les fruits secs à des plats

Naturellement secs ou artificiellement déshydratés, les fruits se conservent bien plus longtemps. Une bonne manière de consommer des fruits produits hors saison. Cette préparation peut concerner le fruit entier ou en tronçons, en tranches plus ou moins épaisses, en cubes, voire en poudre. Sous ces différentes formes, vous pouvez les consommer seuls, en salades ou cuisinés. La poudre d’amande sert également souvent d’ingrédient en pâtisserie.

N’hésitez pas à les associer à des crudités ou des fruits frais. Par exemple :

  • Mettez quelques cacahuètes grillées et broyées dans vos carottes râpées.
  • Saupoudrez votre salade de mâche de pignons de pin.
  • Associez les noix et les endives.
  • Associez les pistaches et le chou rouge.

Fruits secs à chair : raisin, abricot, datte…

Le roi des fruits secs, c’est le raisin : blanc ou noir, de Corinthe, de Smyrne ou de Malaga. Particulièrement riche en fer et en vitamine B, il contient aussi de nombreux minéraux, comme du potassium, du calcium, du magnésium et du fer.

Les autres fruits secs « à chair » sont les abricots, les dattes, les figues, les pruneaux. Ils sont riches en glucides et pauvres en graisses. Ils offrent également des vitamines A, E et PP. Très fragile, la vitamine C est quasi absente des fruits secs. L’abricot sec est le plus riche en potassium et la banane séchée, en magnésium. La figue, quant à elle, est grande pourvoyeuse de calcium.

SOURCE: FUTURA

Lire la suite...

Se baigner après manger : faut-il vraiment attendre 3 heures ?

Selon une croyance populaire qui ne repose sur rien de concret, se baigner après le repas exposerait à un risque de noyade. Pour l’éviter, il faudrait attendre trois heures, pouvaient entendre autrefois les enfants de la génération des baby-boomers. Or, c’est faux, répondent les médecins. On peut aller se baigner aussitôt après mangé.

C’est une croyance très largement répandue et tenace qui pourtant ne repose sur aucun fondement scientifique sérieux. La génération des Baby-boomers n’a cessé de conseiller à ses enfants de ne pas se baigner juste après le repas. Pourquoi ? Ils encouraient le risque d’être victimes de crampes et du coup, d’hydrocution et ainsi de se noyer… Pour d’autres, ce serait provoqué par la température corporelle qui s’élève au cours de la digestion. Et bien, dans tous les cas, c’est faux.

SOURCE: FUTURA

Digestion et hydrocution : aucun risque après le repas

Le processus de digestion — qui peut durer plus de trois heures, tout dépend du repas — provoque un afflux de sang dans l’abdomen mais ce phénomène ne suscite en aucun cas une baisse de l’irrigation des autres parties du corps à l’origine de crampes. L’afflux sanguin reste suffisant pour les muscles.

Quant à la différence de température entre celle de votre corps et celle de l’eau, elle est souvent très réduite. Toutefois, si vous constatez un écart trop important de la température de l’eau de votre piscine ou de la mer, il convient d’y entrer progressivement. Et cela, quelle que soit l’heure de la journée, qu’il y ait eu repas ou non.

En conclusion, après un repas copieux, vos performances de nageur seront certes amoindries mais vous ne risquez pas de vous noyer. Du moins, pas pour avoir mal digéré… Enfin, sachez qu’il est recommandé à des nageurs professionnels de s’alimenter un peu avant de concourir.

Lire la suite...
HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com