21 FÉVRIER 1951 À Paris, Félix Leclerc est récipiendaire du Prix du disque pour sa chanson “Moi mes souliers”

21 FÉVRIER 1951 À Paris, Félix Leclerc est récipiendaire du Prix du disque pour sa chanson “Moi mes souliers”


En 1950, Jacques Normand fait entendre à l ‘imprésario français Jacques Canetti un enregistrement de la chanson Le train du Nord. Dans le temps de le dire, Leclerc se retrouve à l’ABC, triomphe au Trois Baudets à Paris, se tape une tournée en France et enregistre un premier album dont la chanson Moi mes souliers. Il remporte un grand prix de l’Académie Charles-Cro en février 1951.
Félix Leclerc fut le premier à faire connaître la chanson québécoise en France, au début des années 1950. « Il est celui qui a ouvert toutes les portes pour les chanteurs québécois », selon Robert Charlebois, qui se trouvait d’ailleurs à Paris lorsqu’il a été joint à son tour. « Un personnage comme ça, il en passe un sur la planète tous les 50 ans. »

Le 8 août 1988, les Québécois apprenaient qu’ils venaient de perdre leur plus grand chansonnier, poète et philosophe engagé. En effet, Félix Leclerc s’éteignait à l’âge de 74 ans, victime d’une crise cardiaque survenue pendant son sommeil dans sa demeure de l’île d’Orléans.

Le lendemain de la mort d’un autre grand Québécois, René Lévesque, décédé le 1er novembre 1987, Félix Leclerc avait été hospitalisé pour des problèmes pulmonaires, mais était revenu chez lui quelques semaines plus tard. Originaire de La Tuque, le poète habitait la paroisse de Saint-Pierre depuis un peu plus de trente ans.
En apprenant la nouvelle, son ami Jean Lapointe était effondré : « Félix était à la chanson ce que René Lévesque était à la politique », devait-il confier à un journaliste du Journal.

Partager cette publication

Laisser un commentaire


HTML Snippets Powered By : XYZScripts.com